CATALOGUES NUMERO 24 – DECEMBRE 2010 CLOU MAGAZINE AMC PACER

CLOU – MAGAZINE

NUMERO 24 – DECEMBRE 2010
PAGE 3

LES POUBELLES DE L’HISTOIRE : AMC GREMLIN

Les USA sont ancrés dans l?imaginaire collectif comme la patrie du gigantisme automobile. Grosse cylindrées (mais peu puissantes), grandes carrosseries (mal construites) et profusion d?équipements et d?accessoires (de mauvais goût) caractérisent, à partir des années cinquante, l?essentiel de la production d?outre-Atlantique.
Pourtant, à plusieurs reprises, les constructeurs yankees, fascinés par le succès insolent de certains petits modèles européens puis japonais, ont tenté de « dégraisser le mammouth ».

Nash, devenu plus tard American Motors ou AMC, le discret quatrième fabricant d?automobiles américaines, avait innové en 1950 en lançant la Rambler, qui n?était ni la première, ni la plus petite « compacte », mais sûrement la plus connue et la plus vendue en son temps. Mais, comme souvent, avec les années, la petite avait abusé du Big Mac et pris un regrettable embonpoint, jusqu?à ce que le modèle disparaisse au profit des anonymes et hideuses Ambassador et autres Matador.

En 1969, American Motors, qui avait vu déferler puis disparaître les compactes lancées par ses trois concurrents (Chevrolet Corvair, Ford Falcon et Plymouth Valiant), savait qu?une nouvelle salve s?apprêtait à déferler (Chevrolet Vega, Ford Pinto)? à laquelle il convenait de répliquer sans attendre.

Voilà comment les américains voyaient une voiture de type européen en 1970 !  
Il faut savoir que « gremlin », dans le langage américain, et bien avant la sortie du film du même nom, désigne les petits défauts et malfaçons qui affectent un véhicule (en premier lieu les avions durant la seconde guerre mondiale), qui seraient le travail de petits lutins farceurs. C?est donc faire preuve d?un humour audacieux (ou annoncer clairement la couleur) que de désigner ainsi une voiture ne brillant pas particulièrement par sa qualité de fabrication.

Par ailleurs, les stylistes et les ingénieurs, ayant brutalement coupé l?arrière, au détriment du coffre, le véhicule apparaissait aussi laid que peu logeable. Pour le reste, tout provenait de la Concord, des motorisations à l?aménagement intérieur.

Ce modèle ciblant une clientèle jeune, des éléments de style européen ont été plaqués dans cette carrosserie sans grâce : volant à trou-trous, levier au plancher, cadrans ronds sur fausse plaque d’alu bouchonnée…

La version "Levi s" se distingue par son intérieur de plastique, vinyle et moquette bleus…  
Contre toute logique, ce vilain petit canard connut un grand succès, permettant d?attendre la vraie « petite » AMC, la Pacer qui, en 1975, offrait une vraie originalité et un style marquant.

La morale de l?histoire ? La Pacer disparut prématurément, car trop décalée, et la Gremlin, refondue et baptisée Spirit (Là, on élève le niveau !) jouera les prolongations jusqu?aux années 80, remplacée par? la Renault Alliance, dérivée de notre bonne vieille Renault 9.

La Gremlin, quasiment inconnue en Europe, car manquant du cachet exotique des « grosses » américaines, fut une typique « voiture d?étudiant fauché » pendant toute sa carrière, traînant sa mauvaise réputation sur les parkings des marchands d?occasions, à des prix de plus en plus ridicules. En effet, l?absence d?une version sportive ou huppée lui interdit l?accès au panthéon des anciennes « de collection ».

 


 

La triste fin des Gremlins… dommage, la couleur était sympa !  
Laurent Bunnik

PAGESUIVANTE –>

RETOURPAGE PRECEDENTE

RETOURMENU ARCHIVES CLOU-MAGAZINE

RETOURMENU PRINCIPAL

 

POUR ME DONNER VOTRE AVIS, VOS SUGGESTIONS, VOS REACTIONS, CLIQUEZ ICI !
POUR ME DONNER VOTRE AVIS, VOS SUGGESTIONS, VOS REACTIONS, CLIQUEZ ICI !

Tous les textes de CLOU-MAGAZINE sont sous copyright de Laurent Bunnik et ne peuvent être reproduits sans l accord de son auteur (Au cas où cela intéresserait quelqu un !).