CATALOGUES NUMERO 10 – AOUT 2003 CLOU MAGAZINE VOLKSWAGEN 411

CLOU – MAGAZINE

NUMERO 10 – AOUT 2003
PAGE 3

CLOU D’HIER : VOLKSWAGEN 411 : LA FIN DU KATRAPLA

C était une époque où Volkswagen fabriquait des Coccinelles, des Coccinelles, des Minibus, des Coccinelles, des Karmann-Ghia, des Coccinelles et des Coccinelles. Pour en sortir, les techniciens de VW présentèrent la grosse Coccinelle (VW 1500 type 3) puis la super-Coccinelle (VW 411 type 4). Pendant ce temps, les concurrents construisaient des voitures.

Un style hors du commun.

Il fallait bien montrer à la clientèle que Volkswagen ne partait pas à l’aventure. Aussi le style restait bien ancré dans les années soixante (voire les années cinquante). Ainsi, elle pouvait dignement se comparer à la Pobiéda soviétique, à la Volvo 544 et à la Skoda MB1000.

Les phares au regards globuleux seront rapidement remplacés (l année suivante) par des doubles phares ronds, puis par une face avant plus dynamique (type 412) mais cela n’en fera jamais un prix de beauté.

Le regard placide de la 411  
L innovation dans l’archaïsme.

La 411 ne dérogera pas à une tradition VW bien établie à cette époque : sous-motorisée, elle offre des performances ridicules (plus de 140 km/h tout de même) combinée à une consommation excessive (11 litres au 100 km). Toujours traditionnelle, la position du moteur en porte-à-faux arrière entraîne instabilité à haute vitesse… c’est à dire à plus de 100 km/h, une absence de chauffage efficace, et un bruit envahissant.

Mais l’addition d’une électronique mal maîtrisée entraînera l’apparition de pannes fréquentes. C’était, cette fois, une réelle nouveauté chez VW.

Il est donc bien clair qu’un tel engin, censé représenter le haut de gamme de Wolfsburg, allait devenir le cauchemar du réseau.

Chez VW, on n’a peur de rien : voici une couverture
de catalogue où la 411 est qualifiée de "sportive".
 
La méthode Coué au service du marketing

Les publicitaires, malgré tout, vantent au contraire de viriles qualités sportives et dynamiques. Un petit tour au volant du bolide les aurait sans doute calmés !

Ainsi, on met en avant le train arrière "identique aux Porsche", et un châssis capable de soutenir des allures beaucoup plus élevées que les modestes performances offertes par la mécanique ! Au chapitre des performances, on n’affiche pas des accélérations de 0 à 100 km/h, mais de… 0 à 80 km/h, ce qui permet des chiffres plus présentables (11,5 secondes quand même.

Au chapitre des curiosités, on notera l’indicateur de passage de vitesses sur le couvercle de la boîte à gants, face au passager (à quoi cela pouvait bien lui servir ?).

Un virage en appui à plus de 30 km/h est désormais
possible sans survirage grâce au train arrière
Porsche à roues indépendantes.

Au chapitre du confort, on notera un système de chauffage aussi compliqué qu’inefficace et la place de la batterie… sous le siège du conducteur !

Aujourd hui, chez Volkswagen, plus personne ne se souvient avoir construit cette petite merveille. Merci à Clou-Magazine de suppléer à cette amnésie !

  Laurent Bunnik

RETOURPAGE PRECEDENTE

RETOURMENU ARCHIVES CLOU-MAGAZINE

RETOURMENU PRINCIPAL

POUR ME DONNER VOTRE AVIS, VOS SUGGESTIONS, VOS REACTIONS, CLIQUEZ ICI !

 

POUR ME DONNER VOTRE AVIS, VOS SUGGESTIONS, VOS REACTIONS, CLIQUEZ ICI !

Tous les textes de CLOU-MAGAZINE sont sous copyright de Laurent Bunnik et ne peuvent être reproduits sans l accord de son auteur (Au cas où cela intéresserait quelqu un !).